Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

Les acteurs internes à l'entreprise

comment les mobiliser ?

Rendre visible les performances sécurité d'un établissement ou d'un atelier est une étape nécessaire pour bien informer et encourager la participation de tous à l'atteinte de l'objectif "ZERO accident grave" qui est le seul possible.


Utiliser par secteur un tableau comme celui ci-contre est un bon moyen.


Sa mise à jour soit être réalisée quotidiennement par le responsable du secteur ou la personne déléguée à cette tâche. Si le panneau n'est pas à jour, ceci est un bon symptôme de la faible implication du secteur et permet à l'employeur de rappeler à l'ordre.

Ensuite chaque jour est mis une pastille:

  • verte si zéro accident
  • orange si accident sans arrêt
  • rouge si accident avec arrêt

Si le mois est sans accident, la croix est donc verte.

Un bilan mensuel et une indication du siège des éventuelles lésions y sont aussi présents.


La mise en place d'un affichage sur cette performance est donc fortement conseillée.

Croix

Les salariés

acteurs-aides-employeur

Dans toute démarche de prévention, la compréhension du travail passe par la sollicitation des salariés. Entre la fiche de poste et la réalité du terrain, des différences existent. Afin de réaliser leur travail au quotidien et de résoudre les inévitables aléas, les salariés mettent individuellement ou collectivement en œuvre des régulations. De plus leur perception des risques est parfois différente.

Le salarié peut aussi exercer son droit de retrait.



La formation-action PRAP : un bon moyen pour les rendre acteurs

Pour bien solliciter les salariés, il faut les informer et encore mieux les faire participer dans la démarche afin de mieux comprendre les problématiques de santé et de mieux définir des actions de prévention appropriées.

En former certains au PRAP, prévention des risques liés à l'activité physique, est aussi un bon moyen de permetter au salarié de devenir acteur de la prévention de l'entreprise et par là même, d'être acteur de sa propre prévention.

Pour en savoir plus, brochure INRS:

ed7200 formation PRAP, doc INRSType : pdf / Taille : 395.57 Ko

L'encadrement

L’encadrement veille au bon fonctionnement de l’organisation et de l’atteinte des objectifs de performance définis par la Direction. Il doit être partie prenante dans toute action de prévention et être acteur au quotidien. En effet :

  • il a une vision globale du travail et peut apporter des éléments utiles sur la compréhension notamment des contraintes et des difficultés.
  • il est directement concerné par ces problématiques de santé. Par exemple, de l’absentéisme généré va impacter fortement sa charge de travail. Il va essayer de trouver du personnel pour faire face à cet absentéisme, devoir le former, voire il va lui-même remplacer ces personnels.
  • il perçoit directement la cohérence entre les décisions ou les orientations prises par la Direction et les conditions de leur mise en œuvre. Par exemple, il alertera sur la contradiction dans des décisions à prendre entre la santé au travail et la tenue des objectifs de production.

Les(s) délégué(s) du personnel (à partir de 11 salariés)

Les DP recueillent les réclamations, les plaintes des salariés sur les questions de santé au travail et de conditions de travail, ce qui nécessite des moyens (heures de délégation…), des outils (affichage, entretiens, visites…), une organisation (répartition des visites…). Ils doivent également donner de l’information sur leurs actions, les conclusions des réunions DP. Plus globalement, les DP doivent être attentifs à être connus et reconnus par les salariés pour être sollicités et retranscrire leurs préoccupations.

Le secouriste du travail (obligatoire à partir de 20 salariés)

Le secouriste du travail est amené à intervenir lors d’un accident ou d’un incident pour secourir la victime. Il peut également être au fait de plaintes, difficultés rencontrés par les salariés. Il est en fait un auxiliaire de prévention, formé régulièrement à sa tâche.

Le référent sécurité (obligatoire pour tout entreprise)

Cette personne doit avoir été désignée avec son accord par la Direction. Il est là pour l’assister dans ce domaine.

Les membres du CHSCT (qui est obligatoire si > 50 salariés)

Lorsque le CHSCT existe, ses membres sont les personnes en relation directe avec les salariés pour tous les problèmes d’hygiène, santé, sécurité et conditions de travail.

Le responsable Hygiène sécurité (quand ce poste existe)

Sa mission vise à mettre en œuvre la politique Hygiène Sécurité du chef d’entreprise et à développer des actions de prévention des risques et d’amélioration des conditions de travail. Il permet d’apporter des éléments de suivi sur les actions concernant la santé et la sécurité des salariés. Dans les petites entreprises, le responsable Hygiène et Sécurité cumule souvent plusieurs fonctions

L'infirmièr(e) d'entreprise (obligatoire à partir de 200 salariés)

Les infirmier(e)s du travail contribuent à la protection de la santé physique et mentale des salariés sur les lieux de travail et pratiquent des soins d’urgence. Véritable vigie, il alerte l’employeur et ils peuvent se voir confier de multiples tâches, en fonction en particulier des besoins du médecin du travail.

INRS ED 6141: Santé au travail, qui fait quoi ?Type : pdf / Taille : 379.7 Ko

Crédit photo : Photos libres