Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

Habilitation cariste

Conduite d'engins et appareils de levage : des obligations a ne pas négliger

Les risques engendrés peuvent causer des accidents graves et parfois mortels, aussi l’employeur doit être très strict dans ce domaine, sans oublier de faire respecter le dégagement des allées de circulation. Exemple d'incident heureusement sans victime : ?

Tout conducteur (qui doit avoir au moins 18 ans) doit avoir été formé à la conduite, à la connaissance des lieux et avoir été reconnu apte par le médecin du travail. Avec ces trois documents, l’employeur délivre une autorisation de conduite interne, valable au sein de l’entreprise.

  • FORMATION :
    • C’est le permis «cariste» appelé "Certificat d’Aptitude à la Conduite En Sécurité" = CACES, véritable permis de conduire obtenu grâce à un organisme habilité, valable 5 ans dans n’importe quelle entreprise.
  • CONNAISSANCE DES LIEUX :
    • Le conducteur doit avoir parcouru lors de sa formation initiale, les trajets qu’il fera avec une personne qui le sensibilise à tous les aléas, aux consignes et instructions.
  • APTITUDE MEDICALE :
    • Elle est délivrée uniquement par le médecin du travail

Autorisation de conduite

Une fois ces étapes réalisés, l’autorisation de conduite peut être délivrée. C' est un document interne consignée par l’employeur et le salarié qui reconnaît ainsi avoir pris connaissance des lieux. Sans ce document, le salarié ne doit pas conduire d’engin.

Pour un personnel intérimaire ou d’une entreprise extérieure, la procédure est la même.

Ceci s’applique pour tout engin à conducteur porté (chariots, grues, plates-formes élévatrices mobiles de personnel (PEMP)). Pour les autres engins à conducteur accompagnant, la formation est interne ou faite par le fabricant de l’engin, il n’y a pas de visite médicale à faire, mais l’autorisation de conduite demeure.

Habilitation pour l'usage de palans et donc d'élingues

Une formation spécialisée doit être faite.


Attention : ces opérateurs ainsi formés sont des professionnels qui se doivent de respecter les règles, en particulier d’entretien, de vérification quotidienne et de signaler tout engin en disfonctionnement ou élingue abîmée et de ne pas les utiliser. L’employeur doit remédier sans tarder à ces disfonctionnements.

Rappel des vérifications systématiquesType : pdf / Taille : 260.74 Ko

Port de la ceinture de sécurité

Accident-Retract

Seuls les chariots en porte à faux sont concernés par l’obligation d’avoir une ceinture de sécurité.

Nous la conseillons cependant fortement dans tous les cas.


Cette photo doit vous convaincre de son utilité.


Le conducteur avait "oublié" de descendre son mât....qui a de ce fait accroché une lisse. Celle-ci s'est déformée et les racks ont tenu. Le Retract a donc basculé.

Le port de la ceinture a évité dans ce cas toute blessure au conducteur de ce chariot à mât rétractable.


Pour bien choisir la ceinture de sécurité : document INRS



Pour en savoir plus :

Documentation complète INRS
Type de CACES, exemple d'autorisationType : docx / Taille : 17.73 Ko
Documentation INRS Manuel du Conducteur chariot ED 766 Type : pdf / Taille : 685.84 Ko
Détail des différents CACES : fiche pratique  INRS ED96Type : pdf / Taille : 782.68 Ko