Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

Qualité de l'eau : à surveiller de près

qualite-de-leau

On pense toujours à bien séparer les circuits d’eau potable, pluviale, usée…et on est conscient des risques générés par les équipements utilisant la vapeur ou l’eau sous très haute pression.

Par contre la légionellose est peu connue or elle peut se rencontrer dans beaucoup d’endroits…


Environ 500 cas de légionellose sont déclarés chaque année en France,

dont 15% sont mortels.

Qu'est-ce que la légionellose ?

La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées « legionella pneumophila» ou « légionelles ».

Ces bactéries prolifèrent dans l’eau douce entre 25 et 45 °C. Les infections occasionnées peuvent être de deux formes :

  • Une infection à caractère bénin : la « fièvre de Pontiac », syndrome pseudo-grippal guérissant sans traitement au bout de 2 à 5 jours et qui passe le plus souvent inaperçu.
  • Une infection pulmonaire grave appelée « maladie du légionnaire » ou « legionellose ».

Quelles sont les installations à risques ?

  • Les réseaux collectifs d’eau chaude sanitaire (douches, bains à remous, fontaines décoratives...)
  • Les systèmes de refroidissement par voie humide (tour aéroréfrigérante, certains groupes froids)
  • Les climatisations : humidificateurs d’air, laveurs, bacs de condensats...
  • Les systèmes de lavage haute pression (lavage des camions, traitement des boues sur filtre à bande...)

Quel est le mode de transmission ?

La transmission se fait uniquement par inhalation d’eau contaminée diffusée en fines gouttelettes ou aérosols. Les légionelles vont ainsi pénétrer dans les poumons et provoquer des dégâts irréversibles.
?La présence d’un aérosol associé à une eau infectée à une certaine concentration est donc

indispensable à la contamination.

Comment l'éviter

Bien surveiller les installations d’eau chaude, garantir une T° :

  • de 50° dans les circuits et réservoirs destinées à la toilette
  • de 60° dans les autres cas, si la T° devient supérieure, bien le signaler

et ne pas intervenir sur les tours aéroréfrigérantes sans précautions (EPI,etc...).


Pour en savoir plus :

Document INRSType : pdf / Taille : 803.68 Ko