Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

ambiance lumineuse

définition

A la différence d’autres risques professionnels les risques liés aux ambiances lumineuses de travail sont principalement à l’origine de phénomènes d’inconfort, de fatigue, plus que de réels dommages sur la santé des salariés.

L’ambiance lumineuse de travail doit cependant être prise en compte notamment en raison de son impact important sur la qualité du travail réalisé, les performances cognitives des opérateurs, leur bien être au travail (3), (4), (5)….






Fatigue perçue, nombre d’erreurs recensées en fonction du niveau d’éclairement 2

lien-eclairement-performances

Il n’existe pas de bonne ambiance lumineuse universelle. Cette notion n’a pas de sens car pour être bonne une ambiance lumineuse doit être adaptée aux tâches à réaliser. Ce point est tout à fait crucial est doit servir de fil rouge dès que l’on s’intéresse à cette problématique.

De nombreux paramètres caractérisent une ambiance lumineuse. Seuls les principaux paramètres communément applicables en milieu professionnel sont décrits ci-dessous :




  • L’éclairement : quantité de lumière incidente sur une surface, exprimée en lux (1)
eclairement
luminance



  • La luminance : quantité de lumière réfléchie par une surface ou émise par une source directement vers l’œil, exprimée en candéla par m2 (cd/m2)



  • L’Indice de Rendu des Couleurs (IRC) : exprime est la capacité d'une source lumineuse à nous faire distinguer les différences de couleurs de l’objet qu’elle éclaire. Cet indice varie de 100 pour une lumière blanche naturelle à 0 pour une lumière monochromatique.





(Voiture rouge vue avec deux lampes aux IRC différents (100 à gauche, 25 à droite) (2)

IRC
diagramme



  • Température de couleur : permet de qualifier le caractère « chaud » ou « froid » de la lumière produite par une lampe. Exprimée en degrés Kelvin (°K). la température de couleur est reliée au niveau d’éclairement par le diagramme de Kruithof


(Diagramme de Kruithof)

(Bureau avec niveau d’éclairement identique (300 lux), lumière « froide » à droite, « chaude » à gauche (2) )


  • Indice de modelé : défini comme le rapport de l’éclairement vertical sur l’éclairement horizontal en un point donné, cet indice permet d’évaluer la capacité d’une ambiance lumineuse à refléter les formes et textures.

(Relief mural identique avec éclairage directionnel (gauche) et éclairage diffus (droite) (2) )

modele

exemples de situation dangereuses

  • Présence d’une source lumineuse directe intense dans le champ visuel de l’opérateur (lampe, soleil…)
source-lumineuse-directe
  • Présence d’une source lumineuse indirecte intense dans le champ visuel de l’opérateur (reflet sur une surface vitrée, polie, brillante, effet de voile….)
Source-lumineuse-indirect
  • Présence d’un niveau d’éclairement trop faible ou trop élevé vis-à-vis des tâches à réaliser
  • Utilisation de lampes possédant un indice de rendu des couleurs trop faible
  • Réalisation de contrôles des états de surface au sein d’un éclairage diffus, par essence peu directionnel
  • Projection d’une ombre déportée en raison d’un positionnement inadéquate du ou des dispositifs d’éclairage par rapport à l’opérateur
  • ...





Ombres déportées perturbant l’écriture (8)

ombres-deportees

(1) B. Paule, éclairagisme, éléments de base, école Polytechnique Fédérale de Lausanne, 2003. http://sar2.epfl.ch/espace_et_lumiere/Base.pdf, site visité le 25/08/14.

(2) www.energieplus-lesite.be, site visité le 25/08/14.

(3) J.A. Veitch, G.R. Newsha, investir dans l’éclairage des bureaux : des retombées pour les employés et pour l’environnement, Conseil national de recherches du Canada, 1997. https://www.nrc-cnrc.gc.ca/ctu-sc/files/doc/ctu-sc/ctu-n10_fra.pdf , site visité le 26/08/14.

(4)Juslén H, lighting and productivity in the Industrial working place. Proceedings of Fifteenth international symposium. Lighting Engineering Society of Slovenia, 2006. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.114.67&rep=rep1&type=pdf, site visité le 26/08/14.

(5) L Edwards, PA Torcellini, National Renewable Energy Laboratory, 2002.

(6) Agence Française de Normalisation (AFNOR), lumière et éclairage, éclairage des lieux de travail, NF EN 12464-1, 2011.

(7) H. Monod, B. Kapitaniak, ergonomie, 2° édition, Masson, 2003.

(8) http://www-energie.arch.ucl.ac.be/eclairage/guide_confort.htm, site visité le 26/08/14.