Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

incendie-explosion

Récits d'accidents

« La victime, un chauffeur livreur de 48 ans, travaille dans une malterie meunerie depuis 15 ans. Lors d'une livraison de farine à la boulangerie d'un supermarché, elle monte sur son camion pour, vraisemblablement, vérifier ou ouvrir l'une des trappes des cinq cuves du camion, ce qui a provoqué une explosion. La trappe a été propulsée sur le toit du supermarché à une distance de 40 à 50 mètres, touchant la victime et la projetant à terre. La victime est décédée. » (1)


« A 3 h 45, alerté par un salarié travaillant en 3 x 8 qui a senti une odeur de brûlé, la victime, PDG de l'entreprise, âgée de 48 ans, se lève et se rend sur place avec son épouse. Au fond du hall de stockage, un roulement du palier intermédiaire du moteur électrique entraînant un tapis roulant est en surchauffe (étincelles). Pour éteindre le foyer sur la passerelle, la victime utilise un extincteur à eau à disposition sur cette plate-forme. Vraisemblablement, en piétinant et par le jet de l’extincteur, la victime a mis en suspension dans l’air de la fine poussière de bois accumulée sur cette plate-forme. Au contact des poussières en combustion, le nuage s’est enflammé et a brûlé la victime qui s’est jetée dans le tas de pellets, deux mètres plus bas pour s’y rouler afin d’éteindre le feu. L'intervention a demandé le secours d’environ 25 pompiers et de la gendarmerie. Brûlée à 70 %, au 2ème degré, la victime a été transportée à l’hôpital. »(2)


« Au cours de travaux de revêtement de sol dans des locaux mal aérés et non ventilés, explosions de vapeurs émises par la colle, initiées par les étincelles d’un aspirateur. 1 mort et 2 blessés. » (3)


« La victime - 35 ans - a voulu ressouder le pot d'échappement d'un véhicule. Pour réaliser cette opération, la victime a décidé de s'installer dans la cabine de peinture, endroit habituel où elle effectue son travail. La victime a amené un poste oxy-acétylénique dans cette cabine. Après avoir fixé le pot d'échappement dans l'étau de l'établi, elle a pris le chalumeau, ouvert l'acétylène et l'a enflammé. Alors que la victime réglait le débit d'oxygène, une déflagration s'est produite, mettant le feu aux récipients remplis de solvant. Le feu s'est propagé sur l'ensemble de l'établi et de tout le local, provoquant l'explosion des bidons de solvants qui étaient fermés. La victime a été brûlée aux mains et au visage, au troisième degré. » (4)


« Au moment de l'embauche, il a été constaté que le bidon contenant le produit de nettoyage des machines, avait fait une chute côté robinet. Le robinet était endommagé et avait laissé se répandre du produit sur environ 1,20 m au sol. La victime - agent d'entretien, âgé de 47 ans, depuis sept ans à ce poste - a dégagé le bidon et procédé à la récupération du liquide avec un aspirateur à liquide. Une explosion s'en est suivie ainsi que la mise en feu du local des colles. La victime est sortie du magasin à produits, juste après l'explosion, avec des flammèches dans le dos qui se sont éteintes avant l'arrivée des secours. » (5)


1 - Base de données EPICEA, Institut National de Recherche et Sécurité (INRS), dossier n° 22194, consulté le 11/06/2013.

2 - Base de données EPICEA, Institut National de Recherche et Sécurité (INRS), dossier n° 21637, consulté le 17/06/2013.

3 - N. Tifine, Le risque explosion, Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail Rhône-Alpes (CARSAT Rhône-Alpes), 2013.

4 - Base de données EPICEA, Institut National de Recherche et Sécurité (INRS), dossier n° 10968, consulté le 10/07/2013.

5 - Base de données EPICEA, Institut National de Recherche et Sécurité (INRS), dossier n° 6079, consulté le 10/07/2013