Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

risques liés aux ambiances sonores

définition

Le bruit est un son non désiré, dont l’intensité (volume) se mesure en décibels (dB).


Pour prendre en compte le niveau réellement perçu par l’oreille, on utilise un décibel dit « physiologique » appelé décibel A, dont l’abréviation est dB(A).


Pour des intensités très élevées, l’oreille humaine ne filtre pas les bruits de la même manière. On prend en compte cet effet en utilisant comme unité le décibel C, noté dB(C).


Les atteintes à la santé provoquées par l’exposition à un niveau sonore élevé sont nombreuses : baisse d’acuité auditive réversible, surdité, fatigue, troubles du sommeil, diminution des facultés cognitives (attention, vigilance, performance), troubles cardiovasculaires , digestifs...

Le bruit n’affecte pas seulement la santé humaine. En empêchant un salarié de se concentrer ou d’entendre certains signaux sonores utiles (alarme, fonctionnement d’une machine), il nuit également à la qualité du travail et peut même être à l’origine d’accidents.


Plus d'infos: "INRS: Petit à petit, le bruit rend sourd"


Echelle de bruit (source: Interson Protac)

image1

On considère que l’ouïe est en danger à partir d’une exposition quotidienne (8h) cumulée de 80 dB(A) et/ou d’une exposition à un niveau supérieur à 135 dB(C), quelle qu’en soit la durée.


Plus le niveau sonore est élevé, plus la durée d’exposition risquant d’induire un dommage à l’appareil auditif sera réduite.


Une exposition à 98 dB(A) pendant 7 minutes ou à 122 dB(A) pendant 20 ms sera équivalente à une exposition à 80dB(A) pendant 8 heures.


Comme l’illustre l’exemple ci-dessous, une exposition à un niveau sonore élevé, même de très courte durée, peut induire un dommage pour l’appareil auditif du salarié.


image3
image4





Attention, les phénomènes sonores suivent une loi logarithmique qui implique que les décibels ne s’additionnent pas de manière classique : chaque doublement de la source sonore se traduit par une augmentation de 3 dB. Ainsi, si deux machines produisent chacunes 80 dB(A), le niveau sonore total perçu sera de 83 dB(A).

Exemples de situations dangereuses

  • Utilisation d’une soufflette
  • Utilisation ou travail à proximité d’un système d’échappement d’air comprimé (compresseur, nettoyeur haute pression, échappement d’air d’un système pneumatique, cloueur…)
  • Utilisation d’une machine ou d’un outil à percussions (marteau, marteau piqueur, cloueur, emboutisseur,…)
  • Travail au sein d’un local très réverbérant (industrie agroalimentaire, abattoir,…)
  • Non perception d’un signal d’alarme d’une machine dans un atelier bruyant

Statistiques

  • 67 % des actifs français se disent dérangés par le bruit sur leur lieu de travail (1).
  • En France, plus de 3 millions de personnes seraient exposées de manière prolongée à des bruits intenses, dépassant 85 dB(A) sur leur lieu de travail.
  • La surdité constitue en France la quatrième maladie professionnelle (1000 cas par an). Elle est la plus fréquemment signalée dans l’Union Européene (1).
  • 6,5 % de la population active est malentendante (1).
  • Indépendamment du statut professionnel, de l’âge, de la profession, le bruit accroît de 24 % le risque d’accident avec arrêt de travail.
  • 20 % des cas de surdité chez l’adulte seraient attribuables au bruit en milieu de travail.