Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

Etude transverse dans le secteur de l'imprimerie

présentation de l'étude

Date de réalisation : dernier trimestre 2009 - premier semestre 2010


Nombre d’entreprises concernées : 10 entreprises (7 appartenant au secteur offset – 3 au secteur sérigraphie)


Objectifs :


  • évaluer le risque chimique auquel les opérateurs des ateliers d’impression offset et sérigraphie sont exposés
  • identifier les phases de travail les plus exposantes
  • fournir aux entreprises des conseils et solutions d’améliorations personnalisées en s’appuyant sur le retour d’expérience acquis au cours de l’étude


La comparaison des résultats interentreprises, reposant sur un protocole d’étude standardisé, a permis d’améliorer grandement la justesse et la finesse des préconisations.

machines

Moyens :


Des métrologies en continu des concentrations atmosphériques en Composés Organiques Volatils (COV) ont été systématiquement réalisées en atelier, en ambiance et au niveau des voies respiratoires des opérateurs, à l’aide d’un détecteur à Photo-Ionisation (PID, Mini RAE 3000). Ces métrologies fournissant des résultats qualitatifs ou semi quantitatifs ont notamment permis d’étudier les liens entre les tâches réalisées et les concentrations en polluants atmosphériques.

Ces métrologies ont été couplées à une analyse approfondie de l’activité, permettant notamment de réaliser un inventaire complet des produits chimiques utilisés et de visualiser les modes opératoires adoptés par les opérateurs.


La méthode d’évaluation simplifiée du risque chimique, issue de la Note Documentaire ND 2233, proposée par l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), a été utilisée afin d’évaluer les risques par inhalation et passage cutané associés à l’utilisation des différents produits chimiques.

peinture

résultats obtenus

L’exploitation des profils d’exposition a permis d’identifier les phases de travail les plus exposantes pour les opérateurs, pour chacun des deux secteurs d’impression étudiés.

etude-cov

Secteur offset :

  • les phases de nettoyage manuel des rouleaux, blanchets, encriers et éléments connexes ont été à l’origine des pics d’intensités les plus marquées;
  • les phases d’impression n’ont globalement pas été à l’origine d’une pollution atmosphérique importante, sous réserve que la concentration en alcool isopropylique était inférieure à 5% ;

Un phénomène d’accumulation relative des polluants atmosphériques (pics entrecoupés de points bas d’intensité croissante au cours du temps) a été régulièrement observé dans les entreprises où le renouvellement de l’air au sein de l’atelier était faible.

Secteur sérigraphie:

?

  • les phases de nettoyage manuel des écrans, racles, contre racles, et autres éléments connexes, ainsi que les opérations de dégravage manuel des écrans ont été à l’origine des pics d’intensités les plus marquées ;
  • les phases d’impression n’ont généralement pas été à l’origine d’une pollution atmosphérique importante.


etude-cov-serigraphie

La mise en commun des résultats issus de l’application de la méthode d’évaluation simplifiée du risque chimique a permis de déterminer, en fonction de la nature des utilisations, le pourcentage de produits dont le score global correspond à un risque chimique élevé et, par voie de conséquence, à une priorité d’action forte.

globale-offset


Pour l’impression offset, les phases de travail associées aux niveaux de risque chimique les plus élevés ont été les opérations de nettoyage manuel des rouleaux, encriers, blanchets et éléments connexes.



Pour la sérigraphie, les opérations de nettoyage manuel des écrans, racles, contre racles, colles, vernis… ont été associées à l’utilisation de préparations présentant les niveaux de risque chimique les plus élevés.

globale-serigraphie

préconisations

La mise en commun et la comparaison des résultats obtenus dans chaque secteur d’impression a permis de proposer aux entreprises des solutions d’améliorations personnalisées et applicables.


Ces préconisations, similaires pour les deux secteurs d’activité, basées sur les neuf principes généraux de prévention, ont principalement reposé sur :


  • La substitution de certaines substances ou préparations dangereuses (produits de nettoyage, révélateur, fixateur,…) ;
  • La mise en place de captages locaux sur les machines, à défaut ou en complément, d’un système de ventilation générale dans les locaux d’impression
  • La réduction (voir la suppression) de la concentration en alcool isopropylique dans la solution de mouillage,
  • La mise en œuvre d'un système de nettoyage automatique des blanchets et rouleaux encreurs (voir figure 1),
  • La mise en place de bidons plongeurs pour les opérations de nettoyage manuel résiduelles (figure 2)
  • La mise en place de poubelles ventilées, de poubelles munies de bavettes en caoutchouc (figure 3) ou à minima de poubelles équipées d’un couvercle fermé
  • La mise en place d’Equipements de Protection Individuelle (EPI), notamment de gants adaptés aux polluants auxquels les salariés sont exposés au cours des opérations de nettoyage ;
  • La sensibilisation des opérateurs au risque chimique.
image9

Visualisation de l’impact de la mise en place d’un système de nettoyage automatique des rouleaux et blanchets sur la concentration atmosphérique en COV