Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

soudage

Présentation de l'étude

Objectifs

Cette étude a eu cinq objectifs principaux:

  • Evaluer les niveaux d’exposition professionnelle de soudeurs à trois agents chimiques excessivement dangereux (Chrome, Nickel et Manganèse) afin d’évaluer les risques pour leur santé.
  • Identifier l’impact positif ou négatif des principaux paramètres de travail (organisation matériel, captage…) sur l’exposition en Chrome (Cr), Nickel (Ni) et Manganèse (Mn).
  • Sensibiliser les soudeurs et leur encadrement aux risques liés à l’exposition aux fumées de soudage.
  • Proposer des mesures de protection ou de prévention individualisées pour chaque entreprise.
  • Collecter et valoriser le retour d’expérience, les bonnes pratiques observées dans certaines entreprises.
soudeur

Déroulement de l'étude

  • 137 soudeurs de 37 entreprises ont été recrutés, dont 36 entreprises de petite taille (de 1 à 5 soudeurs par entreprise et 110 sujets au total), et une entreprise plus importante (27 soudeurs).
  • Zoom sur les procédés de soudage semi-automatique MIG/MAG.
  • Utilisation d’un questionnaire standardisé permettant d’étudier 48 paramètres liés à l’activité réelle des soudeurs à leurs postes de travail.
  • Réalisation des prélèvements urinaires et envoi de ces derniers au laboratoire de toxicologie professionnelle en environnementale de Grenoble pour analyse.
  • Traitement statistique des résultats obtenus.
  • Envoi des résultats individuels aux salariés.
  • Interprétation collective des résultats par entreprise.
  • Présentation des résultats par entreprise avec apport de conseils personnalisés.
  • Rédaction d’un article scientifique publié et présenté dans des congrès nationaux et internationaux

Résultats et préconisations

Les concentrations urinaires en Chrome [Cr], Nickel [Ni] et Manganèse [Mn] des soudeurs sont très significativement supérieures à celles observées dans la population générale non exposée professionnellement. Elles sont cohérentes avec les données de littérature internationale. Ces concentrations sont toutefois inférieures aux Indices Biologiques d’Exposition.


Ces concentrations urinaires en Chrome [Cr], Nickel [Ni] et Manganèse [Mn] sont d’autant plus élevées que :

  • Le travail est réalisé dans un espace confiné.
  • La durée de soudage cumulée sur la semaine est importante.
  • La durée de meulage cumulée sur la semaine est importante.
  • Le soudeur fume à son poste de travail


A l’inverse ces concentrations sont d’autant plus faibles que :


  • Qu’un dispositif de ventilation générale ou de captage local (torche aspirante) est présent au poste de travail
  • Les pièces soudées sont en acier noir (faiblement allié)
chrome






Résultats du dosage urinaire du Chrome (Cr):

La distribution des résultats obtenus se situe au dessus de la médiane de la population générale

Mesures de prévention


PROTECTIONS COLLECTIVES:


Techniques:

  • Lorsque cela est possible, utiliser un procédé de soudage moins émissif en fumées (exemple TIG),
  • Utiliser des torches aspirantes, avec rejet en extérieur des polluants captés. Ce type de dispositif permettant un captage au plus près des fumées de soudage met en jeu de faibles débits d’aspiration, idéalement compris entre 80 et 200 m3/h, couplés à d’importantes dépressions (10-20 kPa), et permet d’offrir des taux réels de captage des fumées de soudage proches de :
photo-vert




90 à 80% dans le cas de « soudures horizontales sans angles droits » (PA)





80 à 75% dans le cas de « soudures horizontales avec angle droit à l’intérieur » (PB et PC)


photo-vert-2
photo-jaune



Pour des « soudures verticales » et « au dessus », le taux de captage semble plus variable et globalement plus faible







Très faible dans le cas des opérations de pointage


photo-orange
  • En cas d’impossibilité technique d’utilisation de torches aspirantes, mettre en place d’autres dispositifs de captage, en privilégiant le captage local (tables aspirantes > cabines de soudage > caisson aspirant > bras articulé...) à la dilution des polluants par ventilation générale.


Organisationnelles:

  • Limiter le nombre de salariés exposés aux fumées de soudage,
  • Etablir une Notice de poste (art. R4412-39 du Code du Travail). Cette notice est destinée à informer les travailleurs des risques auxquels leur travail peut les exposer et les dispositions prises pour les éviter.


Humaines:

  • Information et formation des salariés (art. R4412-38 du Code du Travail)


PROTECTIONS RESPIRATOIRES INDIVIDUELLES:


Différentes protections respiratoires peuvent être envisagées pour l’exposition aux fumées de soudage.

Deux catégories d’appareils respiratoires sont envisageables, les filtrants ou les isolants :

EPI
suivi
Document de synthèse de cette étudeType : pdf / Taille : 1019.07 Ko