Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site. En savoir plus
Votre SSTI Drôme Ardèche

Respect des autres

Préambule :

Avant 2000 (donc au siècle dernier), il n'était pas rare de quitter son travail parce que l'ambiance ne convenait plus ou parce que la motivation n'était plus présente et l'on pouvait retrouver un travail beaucoup plus facilement.

De nos jours, ceci n'est plus possible aussi il faut continuer à aller au travail, parfois avec "la boule au ventre", après une nuit d'insomnie, etc...

Il est donc important de garantir la qualité de vie au travail et ceci passe par une condition nécessaire: le respect des autres.

Principes de base:

Tout le monde a ses qualités et ses défauts et il n'est pas toujours facile de s'entendre avec tous, mais se faire respecter et respecter les autres est indispensable pour que les conditions de travail soient les meilleures possibles.

Apprendre à se faire respecter au travail n'est pas toujours facile et cela dépend du comportement des autres. Les gens sont plus ou moins sympathiques les uns avec les autres, sans oublier les clients de plus en plus exigeants.

Cependant pour pouvoir se faire respecter au travail, la première chose à faire est d'être toujours poli et souriant. Le respect des règles élémentaires de civilité : « bonjour, merci, s’il vous plait » doivent faire partie du vocabulaire quotidien au travail.

Pour que les relations soient correctes entre les différents salariés, il faut quand même apprendre dès le départ à se faire respecter au travail. Pour cela, il est nécessaire de fournir un travail sérieux, ordonné, et soigné.

Si la tâche que vous deviez accomplir a été correctement réalisée, alors une relation de confiance se créera et automatiquement s'il y a confiance, alors il y a respect parce que l'un ne va pas sans l'autre.


La discrétion est un atout majeur également pour que le respect s'installe. Moins vous vous faites remarquer par des agissements anormaux comme des retards répétés, par exemple et plus vous serez respecté. Dès le début, il faut bien montrer que vous êtes là pour donner le meilleur de vous même et que vous avez quelque chose à apporter dans votre travail.

respect de la vie privée

Il faut éviter de mélanger vie professionnelle et vie privée qui sont deux choses complètement distinctes l'une de l'autre. En effet, chacun a sa propre vie personnelle et cela n'entre pas en considération dans le travail.

Le salarié est donc le premier responsable/garant du bon équilibre entre sa vie au travail et sa vie privée :

  • Il ne faut pas compromettre une bonne hygiène de vie et surtout ne pas sacrifier pauses et déjeuner.
  • Il faut travailler par priorité pour conserver des horaires de travail raisonnables : savoir dire non, proposer une solution alternative et alerter en cas de débordements récurrents

De plus, il faut rétablir les frontières qui n'existent malheureusement plus avec les outils portables actuels ... Aussi il faut bien les séparer et couper ou ne pas répondre lorsqu'on est plus au travail. Seul cas dérogatoire: si vous êtes d'astreinte, mais ceci suppose un cadre contractuel bien défini. (voir chapitre suivant)

Salarié et responsable

Le travail de responsable, chef d'équipe, encadrant,... est difficile, voici quelques recommandations:

  • Respect des autres, de leur travail et de leurs valeurs : compréhension et acceptation des différences de chacun
  • Respect de l’équilibre « vie au travail – vie privée »
    • les sollicitations le week-end, le soir et durant les congés doivent relever de l’ordre de l’exceptionnel sauf si astreinte

Fournir de l'énergie au quotidien à ses collaborateurs est la principale mission de tout responsable, ceci suppose de:

  • Privilégier le dialogue et l’échange
    • ceci suppose d'être accessible, visible
  • Accepter le droit à l'erreur
  • être attentif à ne pas transférer ses urgences sur les autres : savoir définir conjointement les objectifs prioritaires, hiérarchiser les actions
  • intégrer des délais réalistes de réalisation, planifier ses demandes et ne pas céder au tout urgent (bien définir les délais)
  • Accepter des solutions alternatives et ne pas les considérer comme un signe extérieur de désengagement
  • être capable de maîtriser ses émotions, de comprendre celles des autres pour éclaircir les malentendus et résoudre les conflits
  • encouragement et reconnaissance du travail accompli
  • être toujours disponible pour aider un collaborateur qui fait face à un problème inédit ou dépassant ses compétences